E comme…Edmée

Pour ma première participation au Challenge AZ, je vous invite à faire connaissance avec mon environnement généalogique.

Edmée, je l’ai découverte il y a peu. Elle mérite un article dans le Challenge pour 2 raisons : son décès et sa profession. C’est la deuxième épouse de mon plus ancien ancêtre Chanlaire, dont je vous parlerai dans quelques jours. Je sais peu de choses d’elle car les registres commencent à manquer, à être lacunaires ou dans le désordre. J’ignore sa date de naissance, je sais qu’elle se marie vers 1662 avec Jacques Chanlaire, elle a des enfants avec lui et elle meurt le 30 octobre 1701 à Champigneul-Champagne, dans la Marne. Mais, son décès a été a priori brutal et j’espère qu’elle a malgré tout trouvé la paix dans l’au-delà…

Le trente a esté par moy Curé Prieur
Inhumé au cimetiere de la […]
le corps de esmée brunet comme
veuve de defft Jacques chanlair
laquelle a esté trouvée morte par
son gendre antoine chanlaire
ce jourdhuy, sans avoir reçu
aucun sacrement. fait en présence
dud. chanlaire, et de pierre
chanlaire son frere, qui ont declare
ne scavoir signer pierre guillot me
d’escole, et pierre lequeux ont signé
avec moy. P. Lenfant p[rêt]re

Antoine et Pierre Chanlaire sont ses enfants et non ses gendres.

Que s’est-il passé? Elle ne devait pas être malade car sinon, le curé aurait eu le temps de lui administrer les sacrements… Un accident? Une crise cardiaque? Un AVC? Si on imagine qu’elle avait 20 ans en 1662 au moment de son mariage, elle aurait eu 59 ans à son décès…ce qui est certes respectable pour cette époque, mais qui n’est pas non plus vieillissime…

Quant à sa profession, la voici!

Edmée Brunet vesve de Jacques Chanlaire
demeurant a Champagne paroisse de Champigneul
a été nommée et élue matrone
pour toute ladite paroisse dun commun consentement
des femmes desdits lieux dans l’Eglise paroissiale
a l’issue des vespres et a été par moy Curé soussigné
reçue selon la forme et teneur du rituel de
ce diocèse après qu’elle a promis satisfaire aux
charges qui y sont mentionnées. Le huitième iour
de septembre mil six cens nonante six et a declare
ne scavoir signer

AD 51

Edmée est matrone. Ce lien renvoie à une page de la Société Historique et Archéologique d’Arcachon et du Pays de Buch qui présente des recherches sur l’évolution du « métier » de matrone. Le processus d’élection y est très bien expliqué. L’auteur y explique l’importance du choix de la femme qui allait être élue:

« … il les priait de choisir celle qu elles croyaient en conscience le plus propre à cette fonction. Elle devait savoir baptiser, garder le secret des familles, être adroite pour ménager la vie et le salut des mères et des enfants.La sage-femme, devait être exacte et charitable pour assister la mère et l’enfant dans tous leurs besoins, exempte de tout soupçon d’héré­sie, maléfice et superstition, enfin, exemplaire dans sa vie et dans ses mœurs. »

J’en déduis que mon aïeule était donc une femme digne de confiance, respectable et respectée.

Edmée, je suis fière de te compter parmi mes ancêtres!

One thought on “E comme…Edmée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *