I comme…Invalides

Pour ma première participation au Challenge AZ, je vous invite à faire connaissance avec mon environnement généalogique.

Blaise Jean Baptiste LORION est mon ascendant au 6e degré, du côté de papa et plus précisément du côté maternel de sa grand-mère paternelle… Il est né le 3 janvier 1782 et baptisé le lendemain à Lusigny-sur-Barse, dans l’Aube.

Lusigny est une commune auboise d’un peu plus de 2000 habitants, située non loin du Lac de la Forêt d’Orient, qui est le réservoir servant à réguler la Seine afin d’éviter les crues qui pourraient survenir à Paris. Lusigny à la veille de la Révolution est un gros village rural qui compte à peine 900 habitants. Les amateurs de trains électriques connaissent la gare de Lusigny car celle-ci a été reproduite à des milliers d’exemplaires par la firme Jouef.

https://www.star-boutique.fr/modelisme-ferroviaire-product-details-jo05103300-jouef-1033-ho-gare-de-lusigny-jouef-france-en-ID16269.html

Les ascendants de Blaise Jean Baptiste sont originaires de Courteranges, petit village distant de 3 kilomètres. Son père s’établit à Lusigny après son mariage en 1764, il y est manouvrier. Blaise Jean Baptiste aura 7 frères et soeurs. Il sera manouvrier, mais il aura aussi été militaire, se mariera 2 fois, une première fois en 1809 et la seconde fois le 4 avril 1815 avec Marie Catherine TALLON, qui lui donnera au moins 4 enfants, dont Catherine Rosalie, qui est mon ancêtre et pour qui je possède la plus vieille photo. Je vous la glisse ici pour le plaisir…

Archive personnelle

Blaise Jean Baptiste meurt le 21 mars 1860 aux Invalides à Paris… C’est cette mention qui m’a interpellée car comme je n’avais pas trouvé dès le début de mes recherches son acte de décès, je n’avais toujours eu mention que de son métier de manouvrier, j’ignorais qu’il avait été militaire…j’aurais du me douter qu’il avait fait partie des Grognards lui-aussi…

L’acte nous apprend que Blaise est mort à l’infirmerie des Invalides, au sein de laquelle il est resté 15 jours environ. Il y est entré le 5 mars 1860 et y est décédé le 21. Une fois ce constat fait, quelles informations en tirer?

C’est à l’occasion du salon de mars à la mairie du XVe arrondissement que j’ai eu de l’aide. Jérôme Malhache, le spécialiste de l’histoire militaire, m’a conseillé de consulter les archives du SHD, avec l’espoir qu’un dossier y ait été conservé. En effet, si Blaise est mort aux Invalides, c’est qu’il avait été soldat de Napoléon, qu’il avait une pension sans doute et que c’est dans ce sens qu’il fallait chercher. J’ai donc suivi ces conseils et la chance m’a souri. Blaise était un soldat, pas un officier ni même un sous-officier, les dossiers conservé sont rares… Mais, un dossier existait, que j’ai consulté.

J’y apprends que Blaise est un conscrit de l’An 11, qu’il était soldat au 25e régiment de Dragons, qu’il a servi pendant 4 ans, qu’il a été blessé d’un coup de lance qui a traversé la paume de sa main droite et qui l’a laissé estropié avec l’annulaire en position repliée en permanence. Ayant été fait prisonnier le 21 mars 1807, il n’a pas reçu de soins, ce qui fait qu’il est resté ainsi handicapé. Le chirurgien major qui l’examine en mai 1808 estime que Blaise est « dans le cas d’invalidité absolue« .

SHD Vincennes GR 2 YF 127544
SHD Vincennes GR 2 YF 127544
SHD Vincennes GR 2 YF 127544

Blaise est autorisé à regagner ses foyers en mai 1808 et rentre à Lusigny. Une rapide recherche sur le net permet d’imaginer le parcours de Blaise, Dragon, ainsi que son possible uniforme. Blaise aurait ainsi participé aux campagnes d’Autriche, de Prusse et de Pologne. A-t-il participé aux batailles d’Austerlitz (2 décembre 1805) et d’Iéna (14 octobre 1806)? Le régiment est dirigé en Espagne en 1807, mais la date de la blessure laisse supposer que Blaise a été fait prisonnier en Pologne, probablement vers Ostrolenka où a eu lieu un mois avant une bataille opposant les français aux russes. Il reste des pistes à creuser…

uniforme du 25e régiment de Dragons
armées de 1790a1815.over-blog.com

Blaise rentre à l’été 1808 à Lusigny et s’y marie l’année suivante. Sa vie s’écoule. Il devient veuf de sa seconde épouse le 6 juillet 1841. Il vieillit, et en 1853, âgé de 71 ans, sans aucune autre ressource que sa solde de retraite de 200 francs, il sollicite le maire de sa commune de résidence afin d’être admis à l’hôtel des Invalides pour y passer le reste de sa vie. Le 1er juin 1853, sa demande est acceptée.

SHD Vincennes GR 2 YF 127544

Il y restera jusqu’à son décès en mars 1860.

Au moment où je rédige cet article, je réalise que Blaise est aussi médaillé de Sainte-Hélène, et effectivement, voilà sa fiche sur le site des médaillés…

www.stehelene.org

Blaise, comme Claude, comme peut être mes autres ancêtres contemporains de ces 2 hommes, médaillés militaires… Je vais de ce pas vérifier si je n’en découvre pas d’autres!

Sources : Retrouver un ancêtre soldat de la Révolution ou de l’Empire, Jérôme Malhache, Archives &Culture, http://cavaliers.blindes.free.fr/rgtdissous/25dragonsh.html

2 thoughts on “I comme…Invalides

Répondre à Christelle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *